Islande – 2023

Jökulsarlon

Rendez-vous en terre sauvage

En 2022, je découvrais pour la première fois l’Islande, ce pays de feu et de glace duquel je suis littéralement tombée amoureuse. Depuis ce jour, je n’avais qu’une hâte: y retourner, explorer de nouvelles régions, m’immiscer encore plus dans la culture islandaise à travers leurs coutumes et leurs plats (je recommande la soupe de lichen et l’omble chevalier) et partir à la recherche du fantôme des lieux: le renard polaire.

Nous avons passé deux semaines à explorer l’île sur plus de 2800km et admiré des paysages fabuleux et variés: champs de lave, paysages verdoyants, terres ocres, sources d’eaux chaudes, plages noires et glaciers se sont succédés. Une telle richesse et énergie émanent de ce pays que l’on dit gardé par les elfes, que je me suis mise à croire en ces créatures fantastiques. Si nous n’avons pas croisé ces petits êtres magiques, nous avons été comblées par d’autres rencontres incroyables, à commencer par les phoques, si amusants à observer! Du côté de l’avifaune, nous n’étions pas en reste: macareux moines, courlis corlieus, huîtriers-pies, sternes arctiques, mouettes tridactyles, eiders à duvets, lagopèdes alpins et (une première) les plongeons catmarins! Ces canards, aussi beaux qu’intriguants, possèdent des rayures noires sur la nuque et une tache rouge brique sous le cou.

Mais la véritable surprise de ce voyage est venue du tête à tête que nous n’espérions plus (après des heures de recherches restées vaines) avec le renard polaire. Vêtu en partie de son pelage noir d’été, il impressionne, malgré sa petite taille. Le renard bleu ou renard arctique est le seul mammifère natif d’Islande. Les rennes ont en effet été importés de Norvège au 18ème siècle dans le but de les domestiquer, mais ce fut un échec. Les rennes peuvent être observés à l’état sauvage dans l’est du pays.

error: Content is protected !!